Alors, Parlons-en…

Au cœur des Balkans

par | Juin 7, 2021 | Europe, Macédoine du Nord | 0 commentaires

La Macédoine du Nord.

Nous voici au cœur des Balkans, en Macédoine du Nord. Ou ancienne république yougoslave de Macédoine. Ou préférablement, en république de Macédoine. Enfin bref, en Macédoine dans le langage courant. C’est vrai c’est un peu complexe, surtout qu’elle est souvent apparentée à la région grecque de la Macédoine. Je te renvoie à ce lien qui explique exactement les tenants et les aboutissants au sujet du conflit du nom de ce pays. L’accord de l’autorisation du nom « Macédoine » est entré en vigueur seulement en février 2019.

C’est où ?

Situé en Europe du Sud, en plein cœur des Balkans, ce pays essentiellement montagneux compte plus de trente sommets de plus de deux milles mètres d’altitude. Autant dire que l’on est dans la région des montagnes et dans le pays des bouquetins, chamois, ours et lynx.

Lac Ohrid

Le lac Ohrid est un incontournable de la Macédoine du Nord. c’est le plus grand lac d’Europe. Mais c’est aussi l’un des plus vieux du monde avec le lac Titicaca et le lac Baïkal. L’autre particularité de ce lac est qu’il est le plus profond de toute l’Europe continentale (près de 300 m). Au delà de ça, la station balnéaire d’Ohrid est plaisante à vivre et nous avons pris le parti de vadrouiller dans la ville en vélo.

Que faire à Ohrid

Les ballades dans la ville en vélo sont bucoliques et divertissantes. Ensuite, les ballades en bateau sur le lac sont légions. Alignés dans le port d’Orhid, les bateliers n’attendent que toi. Et bien sur, le Monastère de St Naum construit à partir du Xᵉ siècle au bord du lac d’Ohrid. Il s’agit d’un des lieux les plus touristiques de la Macédoine du Nord, grâce à son cadre naturel exceptionnel, à son histoire et à son architecture typiquement byzantine.

Matka Canyon

Après ces ballades touristiques nous partons pour la verdure dans le Canyon Matka. Avec près de 5 000 hectares, le canyon est une destination prisée du pays. On y trouve plusieurs monastères, on y a fait une rencontre hallucinante, (voir la vidéo). Les phénomènes karstiques dans le canyon sont remarquables parmi lesquels les grottes Vrelo. L’une de ces grottes abrite l’un des plus profonds siphons naturels au monde, exploré jusqu’à −230 mètres.

Vrelo cave

Les phénomènes karstiques dans le canyon Matka sont remarquables tel que Ubuva, Podvrelo et Vrelo cave. Situé dans des zones empêchant l’accès aux visiteurs, il faut se donner la peine d’y aller. L’une de ces grottes abrite l’un des plus profonds siphons naturels au monde, exploré jusqu’à −230 mètres.

Urbanisme et architecture baroque

Nous arrivons à Skopje, prononce « Skopié ». Capitale de la macédoine, mais surtout la capitale du kitsch. Il y a une blague qui circule à Skopje : « si tu restes plus de 5 minutes sans bouger à Skopje, tu vas te transformer en statue ! ». En effet pas grand chose à faire dans la capitale macédonienne, à part goûter les plats locaux, déambuler dans les avenues et regarder ces immenses statues qui transforment les immeubles en maisons miniatures tellement leurs statues sont démesurées.

La risée des pays voisins

Les bulgares et les albanais se moquent ouvertement de l’architecture baroque de la capitale. Par contre certains skopiotes sont heureux de la tournure que leur ville a su prendre. En une petite dizaine d’années les statues ont poussé comme des champignons après la pluie. Même si parfois, même souvent, elles ne correspondent pas à des héros du pays. « Avant personne ne pouvait situer notre pays, aujourd’hui on en parle pour notre architecture, et nous avons même des touristes japonais » dixit le maire de Skopje.

C’est devenu un jeu

Il y a tellement de statues à Skopje que s’en est devenu un jeu et le but est de les comptabiliser sur son téléphone… Un peu comme si on allait à la chasse au Pokémon. Bon en même temps avant il n’y avait rien : un terrible tremblement de terre en1963 à détruit la ville à plus de 80%. La capitale avait perdu l’essentiel de ses infrastructures et de son patrimoine. L’aide internationale a permis une reconstruction rapide sans trop se soucier de l’identité de l’histoire macédonienne.

Si on s’y intéresse

Il faut savoir qu’à Skopje une personne illustre est née et l’on y voit son effigie partout, en drapeaux, en magnet, en pins, car ils en sont fiers et pour le coup, ils ont bien raison.

Vas-tu trouver ? C’est parti…

Je suis une femme et me prénomme Anjezë Gonxhe Bojaxhiu, née le 26 août 1910 à Üsküb dans l’empire Ottoman actuellement Skopje en Macédoine. Je fais partie de la congrégation des sœurs de Lorette. Je suis prix Nobel de la paix en 1979. Connue pour mon franc parler et pour mes actions personnelles caritatives. Je suis enseignante à l’école de Loreto Entally de 1931à 1937, face à des classes de 300 élèves. Ma pédagogie stricte et mon service humble me rendent proche des enfants qui m’appellent rapidement « Ma », ce qui signifie « Mère ». Ma phrase préférée est « Ma vocation c’est l’amour » je dédie ma vie au plus nécessiteux, aux laissés pour compte et je combats la pauvreté. Je suis béatifiée par le pape Jean Paul II et canonisée par le pape François. Je suis, je suis, je suis…. Mère Teresa.

Ce qui me scandalise, ce n’est pas qu’il y est des riches et des pauvres : c’est le gaspillage.

                                                                        Mère Teresa


Hey !!! viens voir la vidéo et continu le voyage avec nous.

Pour nous connaître un peu plus...

Tu veux t'abonner à ce blog ?

Saisis ton adresse e-mail pour recevoir une notification de chaque nouvel article.

Notre grand projet a débuté depuis...

n'hésite pas à t'abonner

A DECOUVRIR

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Le contenu est protégé !