Tout au bout…

Panneau situant l'arrivée au Sikkim

Les routes de l’impossible

Tout au bout et au bout du bout. Après tout ce chemin parcouru au départ de New Delhi. Nous avons roulé sur des routes plus que périlleuses, hasardeuses et parfois même inexistantes. Après des heures à se faire secouer dans les jeeps sur d’improbables ravines de traverse défoncées par les pluies. Nous avons serré les fesses lors des passages de gués où le courant peu t’emporter dans un claquement de doigt, la récompense ultime est au bout du chemin.

 

La NATURE s’écrit en majuscule

Paysages uniques, les montagnes en dents de scie, ici le mot horizontal n’existe pas. L’espace est dessiné à la verticale pour rejoindre en un trait le royaume des cieux. Noyé dans la brume épaisse, le ciel tire son rideau de brouillard et peint une indicible toile de fond composée de pics vertigineux. Aux premières lueurs du matin, on découvre la chaine himalayenne tout de rose vêtue sur Tiger Hill.

Suis tes rêves, ils connaissent le chemin… Tu ne te perdras pas.

Putain !!! On y est!! Nous sommes dans le Sikkim, on est au bout du bout dans l’un des derniers Shangri-La (Paradis) de l’Himalaya entre Népal, Bhoutan et Tibet. C’est ici même que serait cachée la passe vers le nouveau monde. Un lieu mythique où régneraient le bonheur et la sérénité, où un seul grain de riz suffirait à nourrir ses habitants. Un éden où la maladie et la mort n’existeraient pas. Si cette passe demeure introuvable, nous avons trouvé la paix et la sérénité dans le royaume des cieux.

Au Bout de nos Doigts

Nous sommes arrivés à la fin de notre escapade, dans le royaume du Sikkim qui nous emmène au royaume des cieux. Si le royaume des cieux appartient au pauvre, nul doute qu’au Vatican se compte un nombre considérable de damnés. Donc, notre père qui êtes au cieux restez-y. Nous nous restons sur la terre, elle est si belle. Les cieux sont comme un livre que tout homme peut lire. Il suffit de fermer les yeux pour mieux rencontrer les cieux et j’y vois écrit :

« Qu’avant de tutoyer les cieux nous devrions vouvoyer la terre »

Tout est dans tout, tout est un, et tout est à nous.

Celui qui est le maître de lui-même est plus grand que celui qui est le maître du monde.

Notre Favicon de TooT o Boo pour la page de Jo