Mayotte : l’aventure est encore possible

Coucher de Soleil à Mayotte

Ça fait rêver

 Le nom de « Mayotte » vient du portugais Mayotta, transcription du swahili maouti, lui-même calqué sur l’arabe Jazirat al Mawet qui signifie « île de la mort » (probablement en raison de la barrière de corail qui entoure l’île, ce qui a longtemps constitué un danger mortel pour les navires). Appelée aussi Maoré en mahorais, elle constitue un ensemble d’îles et d’ilets de l’archipel des Comores, lui-même situé dans le canal du Mozambique. Jouzor al Kamar en arabe, c’est-à-dire les « îles de la Lune ». Je vois déjà qu’en parlant comme ça je suis en train d’accrocher tous ceux qui ont une âme d’aventurier et qui souhaitent aller dans cet endroit où le tourisme n’est pas encore développé comme dans les autres îles d’outre mer (Antilles, Réunion où la Polynésie).

Pour notre planète

En premier lieu nous allons te parler de ce qui nous a fait venir à Mayotte et par la même occasion t’annoncer que le Blog TooT o Boo va persister dans le sens où nous souhaitons que chacun de nos voyages soit accommodé et composé pour la protection de la nature. Si tu as lu nos autres articles, tu auras remarqué que nous avons une certaine attirance pour les habitants de notre planète, qu’ils soient humains, animaux ou végétaux.

Tout au bout de nos convictions

TooT o Boo est parti suivre ses convictions tout au bout de l’océan indien. Une petite virée de deux mois nous a permis de mieux apprécier l’île aux parfums. Mayotte est le dernier département français. Dernier par sa date de rattachement à la France et aussi dernier dans l’aide qu’il reçoit de notre pays. Nous ne sommes pas là pour parler politique dans cet article, mais il y aurait énormément de choses à dire sur Mayotte. Nous en parlons dans un autre article – Mayotte au quotidien -. En un mot on peut dire que le peuple s’intéresse à la politique quand la politique s’intéresse à lui, la logique et la politique suivent rarement le même chemin. Ceci étant dit nous allons donc tenter de te faire rêver en te montrant la faune et la flore.

  • Tortillons sur la plage de Moya 2

Les derniers dinosaures de Mayotte

Bien sûr je te parle d’authentique et nous n’allons pas nous préoccuper de la protection du parisien et de son environnement, il y a des contributions plus urgentes et son heure n’est pas encore venue. A l’allure où on saccage notre planète cela ne serait tarder. Nous sommes donc parti avec une ONG pour la protection des tortues vertes et tortues imbriquées. Les plages de Mayotte sont un paradis pour ces dinosaures des temps modernes. Enfin, on pourrait le croire car le nombre de tortues découpées sur les plages sont légion et notre mission était de patrouiller la nuit sur les plages pour justement éviter aux * Enc . . . . Pardon, aux braconniers de perpétrer leurs ravages.

* Si tu as un peu de temps tu peux jouer au pendu, chaque point représente une lettre ; mais je pense que tu sais ce que j’ai voulu dire.

«Si l’on considère notre planète comme une poubelle, il n’est pas surprenant d’y croiser autant d’ordures »

Mayotte… C’est magique

Pour ne pas rester sur cette note morbide, si tu te débrouilles bien et que tu y consacres un peu de temps tu pourras les voir vivantes et assister au spectacle de dingue que te procure la nature. Pour ça « Mayotte c’est Magique ». Tu pourras aller sur les plages de Saziley, Moya, Sakouli, Papani, Poudjou, Ti Moya et bien d’autres encore. Il est préférable de se renseigné auparavant auprès des services compétents comme Oulanga Na Nyamba ou à l’OTM (Observatoire des Tortues Marines) ou par l’intermédiaire du REMMAT pour savoir comment approcher les tortues. Tu seras équipé de vêtements sombres et d’une frontale à lumière rouge.

Paradis pour dinosaures

A ton arrivée sur la plage tu commenceras par regarder les traces sur le sable. Un V pointe vers le bas, c’est des descentes, un V pointe vers le haut, c’est une montée. Pas besoin de lumière, n’éclaire rien, tes yeux ce seront habitués à la pénombre. Contemple ce qui vient, l’un des derniers dinosaures apparaît émergeant de l’océan se hissant sur le sable. Prends le plaisir là où il est, tu as le temps de contempler la montée (ce n’est pas une formule 1).

Avec de la persévérance… tu peux les voir en plein jour

Laisse là monter en haut de la plage pour qu’elle y fasse sont trou. Tu pourras éclairer juste le puits de ponte qu’elle aura creusé que quand les premiers œufs seront sortis, toujours en étant vigilant de ne pas la déranger. Tu seras subjugué par la dextérité de ses nageoires pour creuser et reboucher son « nid ». Si d’autres tortues viennent à monter sur le sable le temps que tu es sur la plage, reste fixe, accroupis toi et ne bouge pas.

“Les traînardes”

Maintenant si tu as de la chance et que tu te trouves tôt, même très tôt sur la plage tu pourras voir ce que l’on appelait des trainardes. Des tortues qui n’ont pas fini de reboucher leur trou au petit matin… Spectacle garanti. Mais les indications pour ne pas la déranger citées plus haut sont encore plus vraies. Une fois que tu auras fait quelques dizaines de montées et de descentes tu sauras comment appréhender tout ça et tu feras partie du moindre caillou qui se trouve sur la plage et elles passeront juste à côté de toi… Fais gaffe aux nageoires tu peux te prendre une bonne claque.

Émergences

Maintenant si tu as encore plus de chance ou alors que tu passes un temps fou sur la plage tu pourras assister à ce qu’on appelle une émergence, c’est à dire à la naissance de petits tortillons et ça, c’est du bonheur en paquet de douze. La vie du tortillon est toute une aventure.

Parcours du combattant

Après s’être sortis de 40 à 50 cm de sable, traverser la plage pour rejoindre la mer au plus vite pour échapper aux oiseaux prédateurs, aux chiens errants, aux crabes qui n’attendent que leur passage, lutter contre les vagues pour rejoindre la mer, il lui faudra se dépêcher de sortir du lagon pour être le plus rapidement dans le grand bleu. Ensuite, si le tortillon est arrivé jusque là, il lui faudra échapper aux petits requins. Tu t’imagines bien qu’après tout ce périple dans les premières heures de son arrivée sur cette terre, c’est un trésor qu’il faut préserver. Elle reviendra 15 à 20 ans plus tard pour accomplir le cycle de la vie.

Parcours du combatant d'un tortillons sur la plage de Moya 2

“Seules importent les vérités de notre Terre que l’on (re)découvre soi-même”

Notre Favicon de TooT o Boo pour la page de Jo

Hey !!! Viens voir la vidéo, Comorian Island – Nature, tu verras on t’a pas menti…

 

nec lectus facilisis porta. nunc leo commodo felis