Le Centre

Le Centre

Le Road Trip continu

Encore plus au Nord

Il est temps pour nous de quitter l’effervescence de Lisbonne avec ses rues remuantes, sa circulation assourdissante et son ballet incessant de tramways. Tranquillement nous bordons la côte Atlantique en direction de la région Centre Portugal. Faisant des haltes au hasard de nos envies, nous traversons des villages typiques, mais nous voulions absolument faire un arrêt à Nazaré, pour ensuite remonter encore plus au nord vers Aveiro.

A voir et à faire à Nazaré

  • Les marchés aux poissons sur le bord de mer
  • Le funiculaire pour la ville haute
  • Santuário de Nossa Senhora da Nazaré
  • Point de vue sur la colline O Sitio
  • Gouter les poissons séché de Nazaré

Nazaré

Nazaré, cette petite bourgade authentique située dans la région centre du Portugal n’est pas connue du plus grand nombre, mais a des atouts indéniables. Ce village de pêcheurs aux multiples facettes reste résolument ancré dans la tradition. Une ville basse au niveau de la mer et un vieux village, perché sur son promontoire, Le Sitio à 110 m de hauteur accessible en funiculaire ou par une montée de grandes marches bien aménagées.

En bord de mer

Avant de prendre de la hauteur, regardons ce qui se passe au niveau de la mer. Il est bon de déambuler sur cette esplanade, où tu trouveras bars, restos, magasins. C’est ici que la vie bat son plein et que l’ambiance des villes côtières prend tout son sens. Une chose qu’il ne faut pas louper, c’est d’aller voir ces barques colorées qui servaient jadis à la pêche, et ces séchoirs à poissons alignès sur le sable.

Que du naturel

N’oublie pas non plus d’aller voir ces vielles dames qui se feront un plaisir de te faire gouter leurs poissons séchés. C’est un vrai régal, péché de façon artisanale, le poisson est salé en abondance et ensuite séché au soleil. Ce processus permet une conservation plus longue, de garder un bon taux de protéines, d’y trouver une saveur incroyable et d’y retrouver le véritable goût du poisson. Typiquement tourné vers la mer, Nazaré est un village de pêcheurs qui vaut le détour.

Tout en haut

Le Sitio

Une fois que tu auras pris le funiculaire ou monté les marches, tu arriveras sur le quartier haut : Le Sitio, village représentant l’âme de Nazaré. C’est un changement radical en comparaison de ce qui se passe 110 m plus bas. Une grande place centrale où se concentrent magasins, restaurants et autres échoppes de souvenirs.

Nossa Senhora da Nazaré

Une pierre, deux coups

A voir aussi, deux monuments religieux sur cette place. Le premier, la chapelle de Nossa Senhora da Nazaré, bâtiment imposant glorifié grâce à l’apparition de Marie (mère de Jésus de Nazareth), suivie en plus d’un miracle qui se serait produit à Nazaré.

Ermida Da Mémoria

Le deuxième, la petite chapelle Ermida Da Mémoria construite pour honorer l’apparition et le miracle de Marie qui sauva la vie du seigneur Dom Fuas Roupinho.

Tradition et folklore

C’est au vieux village que tu pourras trouver les célèbres femmes au sept jupons vendant leurs bricoles, cacahuètes et autres babioles. Ces femmes sont un spectacle à elles toutes seules. Riches ou miséreuses, que ce soit pour les réceptions ou les parades, que ce soit pour les activités ou le labeur, l’habit de la femme de Nazaré est toujours abondamment utilisé dans la vie de tous les jours empreinte de tradition, de mythes et de folklores.

Frou Frou bigarrés

Les sept jupes superposées font partie de la tradition dans cet environnement intimement lié à la mer. Il est dit que cela représente les sept jours de la semaine, les sept vertus, que cela a une correspondance avec les sept couleurs de l’arc-en-ciel et aussi un lien avec la septième vague.

L’histoire va encore plus loin

Les Nazaréennes avaient pour habitude d’attendre sur la plage leurs hommes et leurs enfants au retour de la pêche. Assises sur le sable, les pieds dans l’eaaaauuu, le monde était trop beaaauuu… Non, je déconne, ça c’est Rock Voisine. Elles étaient juste assises sur le sable à veiller durant des heures. Elles utilisaient les divers jupons du haut pour se protéger des embruns au niveau de la tête et des épaules, les autres servaient à couvrir leurs jambes. Les anciens racontent que les vieilles femmes utilisaient les sept jupons pour aider à compter les vagues, car comme chacun sait, c’est la septième vague qui est plus grosse que toutes les autres. Par contre l’histoire ne dit pas si elle portait une culotte.

Puisqu’on parle de vague

Une vague XXL

Tu entendras souvent dire que « Nazaré c’est la Mecque des surfeurs ». Bon, pour moi, tous les musulmans peuvent se rendre à la Mecque, il suffit de savoir dans quel sens on tourne. Mais, tous les surfeurs ne peuvent pas se rendre à Nazaré, même si tu sais glisser et tenir sur une planche.

C’est bon la peur…

Comment imaginer la vague suprême ??? Pourquoi cette poignée d’hommes sur terre vont défier un monstre aussi énorme, même si tous, après avoir été cherché leur dose d’adrénaline, avouent avoir eu la peur de leur vie. Essayons de contextualiser les choses, car là… On dépasse l’entendement.

Échelle de valeur

  • Golf de Gascogne, France. J’ai été marin sur un porte avion, lors d’une tempête les vagues passaient par dessus le pont d’envol. Entre le tirant d’eau et le pont d’envol il y a une hauteur de 15 m. Hauteur de vague 10 à 12 mètres.
  • Belharra aux pays Basque (France), le record de la vague jamais surfé par une femme. Hauteur de vague 15 mètres.
  • O. Atlantique, Des ouvriers de plate forme pétrolière connaissent une à deux fois dans leurs vies des tempêtes avec des vagues scélérates. Hauteur de vague 18 à 20 mètres.
  • Cortès Bank aux U. S. A, au large des côtes californiennes un spot particulier où une vague a été surfée. Hauteur de vague 23 mètres.
  • Hawaii U. S. A, tout le monde connaît Jaws « la mâchoire », lors d’une session de malade une vague a été domptée. Hauteur de vague 25 mètres.
  • Nazaré, Portugal. Le record du monde de la vague jamais surfée est sur le spot de Nazaré égale à la grandeur d’un immeuble de dix étages. Hauteur de vague 33 mètres.

Comment est-ce possible ?

Les vagues se développent grâce à l’existence du canyon de Nazaré. Ce canyon sous-marin est long d’une centaine de kilomètres. La profondeur à son maximum atteint cinq kilomètres et il se termine juste devant le phare de Nazaré. Du fait de cette configuration très particulière, la houle de l’océan est canalisée dans ce « couloir » vers Nazaré. Sans obstacle sur le fond, elle n’est pas freinée et lui permet de déferler avec une énergie colossale avec des vagues dépassant très régulièrement les vingt mètres. Tu pourras trouver encore plus d’info au fort São Miguel Arcanjos au bout du promontoire.

Aveiro

A voir et à faire à Aveiro

  • Faire un tour sur les canaux avec les Moliceiros
  • Déambuler dans les rues piétonnes
  • Pont de l’amitié
  • Gouter le Ovos Moles friandise locale

Une belle surprise

Après cette belle découverte de la citée de Nazaré, nous reprenons la route pour nous rapprocher de notre étape finale qui est Porto. Mais avant tout, nous voulons faire un stop au petit Venise du Portugal. Aveiro, un lieu hautement touristique grâce à son architecture, ses canaux et ses moliceiros. Cette ville ne laisse pas indifférent.

Historique

En regardant un peu son historique, nous apprenons que cette ville a connu un développement spectaculaire grâce à la pêche à la morue. Mais en 1575, Aveiro a subi une tempête mémorable ce qui a eu pour effet de boucher la lagune et que le port s’envase. Privée de son activité principale la ville périclite et décline. C’est 300 ans plus tard que la passe entre la Ria (canaux) et l’océan a pu être désobstruée.

Barcos moliceiros

C’était mieux avant

Impossible de louper ces bateaux colorés appelés Moliceiros qui tirent leur nom de la moliçe, un mélange d’algues qui se développaient dans la lagune. Ce varech étaient utilisées comme engrais pour les cultures environnantes. Malheureusement, les pesticides et les engrais chimiques ont pris le dessus et ces belles barcasses ne servent plus qu’à balader les touristes.

Ce n’est pas que de la déco

Les décos sur la proue et la poupe des barques reflètent l’état d’esprit des habitants d’Aveiro. Elles représentent des petites scènes de la vie de tous les jours et se réfèrent au quotidien. Cela va du sujet religieux aux préoccupations idéologiques en passant par la politique ou tous autres états d’âmes philosophiques. Certaines de ces petites scénettes font aussi référence à des allusions grivoises, elles sont toujours accompagnées d’une légende souvent à double sens et permettent à chaque patron des Moliceiros de se distinguer.

Une ballade enrichissante

Faire un tour dans ces barcasses colorées sur les canaux d’Aveiro reste une ballade bucolique, tranquille et enrichissante. Le guide embarqué sur chaque bateau permet de mieux expliquer la vie de cette ville. De plus, vu des canaux, donne une tout autre perception avec des angles différents. Que ce soit au passage des quartiers des saliniers, dans les quartiers modernes ou plus anciens, cette ballade reste un incontournable pour qui veut connaître la ville. Les promenades à pieds sont un bonheur dans Aveiro. S’arrêter comme bon te semble permet de tomber sur des trésors pour ceux qui aime la photo… Il y en a pour tous les styles.

Le street Art

La photographie de rue

La photographie d’Architecture

Le Pont de l’amitié

Nous sommes allés accrocher un ruban sur le pont aux rubans ou sur le pont de l’amitié, c’est un peu comme le pont des amoureux à Paris, sauf que là ce ne sont pas des cadenas, mais des rubans. Perso, on préfère, c’est plus joli, ça représente aussi le lien entre les personnes et en plus ça ne rouille pas. Tu pourras trouver les rubans au kiosque qui est juste en contrebas du pont. Il ne te reste plus qu’à inscrire le nom des personnes de tons choix et tu seras éternellement lié… à la balustrade du pont.

Notre Favicon de TooT o Boo pour la page de Jo

Hey !!! Viens voir la vidéo, tu verras on t’a pas menti…

Lisbonne – Val de Tage

Lisbonne – Val de Tage

Notre Logo TooT o Boo du chemin sur la page de Jo

Sur le Tage

Pont de Vasco de Gama à Lisbonne qui enjambe le Tage à son endroit le plus large

Lisbonne

Un peu de Géo

  Après quelques heures de route, nous voici arrivés à Lisbonne. Les températures sont bien plus clémentes que dans l’Alentejo et l’air de l’océan atlantique ragaillardis les organismes. La capitale portugaise est située dans la région Lisbonne-Val de Tage du nom du fleuve qui prend sa source en Espagne et traverse le Portugal de part en part puis se jette dans l’océan à Lisbonne. Comme bon nombre de capitales, il y a pas mal de chose à découvrir.

Que faire à Lisbonne

Lisbonne est une capitale européenne qui a su garder ses traditions et aussi se tourner vers l’avenir. Dans cet article, nous allons te donner nos coups de cœur et quelques astuces sur quoi faire à Lisbonne si tu y passes quelques jours. Nous te parlerons aussi de Sintra avec son château des Maures et son palais national de Pena où les souvenirs cocasses n’ont pas manqué ce jour là. Bref, des journées bien remplies comme on les aime.

A voir et à faire

Écusson de la ville de Lisbonne. "Très noble et toujours fidèle. Ville de Lisbonne

Elevador de Santa Justa – Rua do Ouro – Largo do Carmo – Lisbonne

Funiculaire de Bica / Elevador da Bica – Rua de S. Paulo 234 – Quartier Chiado – Lisbonne

Quartier Belém – Lisbonne

Torre de Belem – Av. Brasília – Quartier Belém – Lisbonne

Mosteiros Dos Jeronimos – Praça do Império – Quartier Belém – Lisbonne

Musée de l’électricité – Av. Brasília – Quartier Belém – Lisbonne

MAAT – (Museu de Arte, Arquitectura e Technologia) – Av. Brasília – Central Tejo – Quartier Belém – Lisbonne

Quartier LX Factory – R. Rodrigues de Faria 103 – Lisbonne

Pink Street – Rua Nova do Carvalho – Lisbonne

Se perdre dans le centre historique de Lisbonne (Les quartiers Alfama – Bairro Alto – Chiado)

Sintra – Palacio National da Penà – Castelos dos Mouros

Anecdote N°1 – N°2

Lisboa Card (Prix préférentiel pour les transports, les musées)

Lisbonne en rappel

Coq de Barcelos

Le centre historique de Lisbonne est construit sur plusieurs collines. Certaines pentes de ces collines sont tellement abruptes et l’inclinaison si importante que même la circulation automobile y est difficile. C’est pour faciliter les déplacements entre les quartiers du haut Lisbonne, qu’en 1900 le célèbre ascenseur Santa Justa a été créé au cœur du centre ville; il permet de relier les quartiers Baixa – Bairro Alto – Chiado

Toujours pour faciliter les déplacements, des funiculaires sont encore présents, comme le funiculaire da Bica (Elevador da Bica), rue Sao Paulo. Toujours en fonctionnement et classé monument historique du Portugal, il fait encore le job pour assister les habitants et les soulager de la rudesse de la pente.

Le quartier de Belém

C’était avant…

Jadis, Belém était le secteur de Lisbonne où se trouvaient les docks et les chantiers navals. C’était le lieu de départ des grands voyages du XVe siècle vers les destinations lointaines. L’Inde, l’Afrique de l’Est et le Brésil n’avaient déjà plus de secret pour les portugais.

Le Lisbonne de demain

Le quartier de Belém est différent des autres quartiers de Lisbonne car très arboré et agrémenté d’espaces verts, il permet d’échapper au chaos de la ville. Très touristique, c’est un des quartiers de Lisbonne très prisé des vacanciers. C’est ce qu’on appelle un incontournable.

Torre de Belém

La forteresse

Notre première visite dans le quartier de Belém a été pour la tour de Belém. Porte d’entrée de Lisbonne, elle fût construite pour garder l’entrée du port de la cité. Auparavant, elle se trouvait en plein milieu de l’estuaire. Notre avis personnel : l’extérieur de cette tour avec ses sculptures sur pierre est aussi remarquable et surprenant que son intérieur est vide et austère.

L’hydravion… Ce n’est jamais banal

Au même endroit tu auras les vendeurs à la sauvette pour acheter tout ce dont tu n’as pas besoin, mais tu trouveras aussi l’imposante représentation de l’hydravion Fairey III B de Sacadura Cabral et Gago Coutinho. Cette réplique 1/1 est le Santa Cruz qui effectua le dernier tronçon de la première traversée de l’atlantique sud en 1922.

De vieux souvenirs

Connaissant dans mon passé la difficulté de marier l’eau et l’air en hydravion, cette histoire peu banale de ces deux là me fait vibrer et me rappelle quelques épisodes épiques de ma vie de pilote. La phrase que tous les pilotes connaissent résume à elle seule l’humilité qu’il faut avoir quand tu mets tes fesses dans un cockpit.

« Il n’y a pas de bon ou de mauvais pilote… Il n’y a que de vieux pilotes »

Où celle qui me colle à la peau, comme un chewing gum à la semelle de ma chaussure…

« L’hélice, c’est comme un grand ventilateur ; quand elle s’arrête, c’est le pilote qui transpire »

Trottinage Artistique

Non loin de là, tu auras aussi la possibilité de louer des trottinettes électriques pour longer les rives du Tage. Tu pourras laisser libre cours aux figures artistiques de ton choix sur les longues lignes droites bitumées, larges et exemptes de voiture. Cheveux au vent, tu fileras vers de nouveaux horizons.

Mosteiro Dos Jeronimos.

Style Manuélien

Nous garons nos trottinettes et restons ébahis devant le Monastère des Hiéronymites de style manuélin et nous sommes impressionnés par sa taille. Il témoigne de la colossale richesse accumulée au fil des découvertes lusitaniennes à travers le monde. Comme pour la tour de Belém, l’aspect distinctif du style Manuélin désigne l’art créatif portugais développé sous le règne du Roi manuel 1er à la fin du XVème siècle. Une partie du musé de la Marine (Museu de Marinha) comprenant les répliques des navires des grandes expéditions se trouve dans une des ailes de ce monastère.

Le MAAT

Pourquoi pas…

Situé sur les rives du Tage, à l’ouest du centre-ville et dans le quartier de Belém, le MAAT est un lieu culturel qui allie l’Art, l’Architecture et la Technologie. Cet espace comprend le nouveau bâtiment en forme de vague avec une modernité affirmé et l’ancien bâtiment industriel de la centrale électrique Téjo. Le MAAT ambitionne de présenter des expositions nationales et internationales avec la contribution d’architectes et d’artistes de demain.

Le MAAT avec en arrière plan la centrale thermoélectrique Téjo.

A contre courant

Ça vaut le coup

Toujours en trottinette, nous longeons les bords du Tage. Un bâtiment industriel énorme de brique rouge est devant nous. Rien de très engageant, nous hésitons un moment avant de nous décider d’entrer. Notre curiosité électrise nos neurones… En service depuis la seconde révolution industrielle cette usine fonctionna entre 1908 et 1975. Nous nous préparons à vivre une immersion dans les entrailles de la centrale thermoélectrique Téjo.

Réhabilation

Elle a été durant plusieurs années la principale source d’énergie de Lisbonne et sa région pour ensuite devenir une centrale de réserve en cas de pic de consommation. Depuis 1990, le site a été réhabilité pour devenir le Musée de l’Électricité.

Place au modernisme

Non loin de là

Nous enfourchons à nouveau nos montures à deux roues pour quelques mètres pour voir le nouveau bâtiment sorti de terre en 2016. Cette architecture peu commune ne laisse pas insensible. Les courbures architecturales de cet édifice des plus futuriste permettent au visiteur de circuler au dessus, en dessous et d’avoir une vue sublime sur le Tage et le ponte 25 de Abril.

AaaaH !!! L’art…

L’art est subjectif

Une fois à l’intérieur, une exposition de tableaux novateurs affirme bien que nous sommes dans un musée de demain, voir même d’après-demain. Ce musée est indubitablement tourné vers l’avenir et pourra en surprendre plus d’un. Quand nous y étions, ça partait un peu dans tous les sens, car plusieurs artistes exposaient leurs créations. Loin de nous de vouloir mettre en doute un certain talent ou le talent certain de quelques uns, mais on ne peut avoir à la fois le talent et la réussite. Ce sont les incapables qui ont la réussite. Les gens de talent, ont le talent c’est tout, et c’est leur talent qui les fera réussir. Ceux qui n’ont seulement que la réussite n’auront jamais le talent. Et nous on préfère les gens de talent que des gens qui ont réussis…

LX Factory

Un Immanquable

 Pour continuer dans le fun et le délire nous poursuivons à LX Factory le quartier déjanté de Lisbonne. Le site est une ancienne grande fabrique de tissus qui a été réaménagée en un petit village à la mode. Lx Factory fait partie de nos coups de cœur et si tu passes à Lisbonne, ne serait-ce qu’un weekend, tu ne pourras pas passer à côté, c’est ce qu’on appelle un immanquable.

Le mieux, c’est d’y aller

Parler de LX Factory n’est pas simple et il vaut mieux le voir et le vivre. Le street art est ce qui en ressort en premier. Nous avons même vu une oeuvre de MisterPiro, peintre espagnol de Street Art qui a sévi dans le monde entier @misterpiro. Sinon les boutiques de créateurs, de styliste, les terrasses de café, la librairie originale (la plus connue de Lisbonne), des bars végan, une salle de concert, bref, plein de choses à découvrir dans ce joyeux bordel où règne une ambiance bien particulière.

A pieds

Ce que l’on peut noter et ce qui est agréable est qu’il y a très peu de voiture dans le quartier de LX. Tu peux sauter d’une échoppe à un magasin en passant par un Food Truck ou sortir d’une terrasse de café sans te faire arracher une jambe… Ce qui n’est pas le cas dans les autres quartiers de Lisbonne.

Street Art

Pink Street

Pink Street Rua Nova Do Carvalho

Certain aurait préféré avant…

La Pink Street à Lisbonne situé dans le quartier Cais Do Sodre est une rue colorée en rose… si je t’avais dit en vert tu ne m’aurais pas cru. Auparavant, cette rue des bas fonds de Lisbonne était plutôt connue pour ses bordels et ses prostituées. Le changement s’opère en 2011, quand un plan de réhabilitation et d’actualisation de la zone est décidé. C’est alors que le sol de la rua Nova Do Carvalho est peint en rose. Les bars originaux et les groupes musicaux émergents, réforment ce quartier obscur et inquiétant en un endroit éminent de la vie nocturne de Lisbonne. C’est en soirée que la vie s’anime dans la rue rose et que les discussions endiablées autour d’un verre (ou plusieurs) prennent tous leur sens.  

“L’alcool tue, c’est vrai… mais combien sont nés grâce à lui”

Centre Historique

 Lisbonne compte parmi les plus vielles capitales européenne et il est facile de retrouver l’âme authentique dans les quartiers de l’Alfama, du Bairro Alto ou du Chiado.  Se balader dans le centre historique est un voyage dans le passé à l’époque de nos aïeux. La transportation commence au moment où tu prends le tramway ou le funiculaire qui s’enfonce dans ces vielles ruelles étroites et pittoresques des vieux quartiers. Le meilleur chemin est celui qui n’est pas encore tracé, ne choisit pas d’arrêt, va le nez au vent et ne défini pas d’itinéraire précis, tu risquerais de louper quelques choses. Laisse toi guider par ton instinct et tes envies, laisse toi surprendre par les odeurs au détour d’une impasse. Si tu arrives à suivre tous ces conseils, tu seras perdu et ta visite deviendra mémorable.

L’Alfama

Il est le quartier le plus ancien de Lisbonne, le seul ayant résisté au tremblement de terre de 1755. La fameuse ligne de tramway nº 28 traverse ce quartier jusqu’au château São Jorge, datant du XIe siècle. Les pavés des rues étroites mal ajustés, des esplanades ombragées, les anciens restaurant laissant échapper la musique mélancolique du Fado: il n’y a pas de doute l’âme du Portugal est ici.

Le Bairro Alto

En traduction c’est le “quartier haut”. Plus cosmopolite et vivant, ce quartier populaire typique a deux visages. La journée, il est calme et tranquille, parfait pour aller voir les façades vieillies, les magasins, les boutiques de déco, les salons de tatouage. Le soir tous les bars qui étaient fermés la journée s’ouvrent comme des fleurs avec la rosée et on découvre un autre aspect du Bairro Alto. C’est vers 22 heures que ce quartier s’anime et qu’il est temps d’aller prendre un verre commandé au bar et que l’on boira dans la rue. Lieu incontournable des lisboètes qui s’y retrouvent pour faire la fête.

Le Chiado

Le Chiado est le quartier élégant de Lisbonne où la jeunesse se retrouve. Marqué par son riche passé intellectuel et culturel, il fut un temps où il a été le rendez vous des artistes avec ces musées et théâtres. Boutiques chics et cafés à la mode s’entremêlent avec les magasins traditionnels. C’est un quartier qui vit aussi bien le jour que la nuit.

Sintra

Ça commençait pourtant bien

Aujourd’hui nous nous rendons à la gare de Rossio, direction Sintra. Notre objectif est le Palacio National Da Penà et le Castelos dos Mouros. A priori une journée d’excursion bien tranquille, deux châteaux bien différents, des espaces naturels, de la verdure pour se sortir du brouhaha de la capitale, tout s’annonçait idéal pour que cette journée soit des plus agréable. Bref, je vais déjà te parler des châteaux et te raconterais ensuite les petites anecdotes qui parfois font monter l’adrénaline…mais ça fait partie du jeu des voyages.

Conseil

Depuis la gare de Rossio (Rua 1º de Dezembro – Lisbonne)

  • Prendre un billet A/R pour Sintra (terminus). Premier départ de Lisbonne à 6h30, dernier départ depuis Sintra à 0h20 (Si les horaires sont toujours les mêmes).
  • 40 min de trajet pour rejoindre Sintra. Un train toutes les 20 minutes.
  • Part assez tôt, si tu veux éviter la grosse affluence (endroit très visité, donc difficile d’échapper à la foule, pour nous ça a été plutôt une aubaine)
  • Arriver à Sintra, prendre le bus 434 à côté de la gare. Il ne coûte pas plus de 6€ pour la journée et fait des arrêts au Palais Pena, parc, château des Maures.
  • Si tu as l’esprit plus sportif tu peux le faire à pieds (Attention ça grimpe – 40 mn.)

Un château pas comme les autres

Palacio National da Penà

Le Palacio National da Penà est un monument historique situé sur l’une des cimes de la serra de Sintra au cœur d’un parc de 200 hectares. Impossible de ne pas l’apercevoir dans cette végétation exubérante, les couleurs baroques et criardes jaune et rouge sont visibles à plusieurs kilomètres à la ronde. Au XVI ème siècle ce n’était qu’un couvent appelé le couvent de Notre dame. Durant le terrible tremblement de terre de 1755 il fut en partie détruit comme une bonne partie de Lisbonne.

Un mélange pas comme les autres

Le style

Le roi Ferdinand II achète les ruines de ce couvent ainsi que les terres alentours pour en faire sa résidence d’été. En 1840 la restauration du couvent (bâtisse rouge) est entreprise, une dizaine d’années plus tard il décida d’y joindre un nouveau palais (bâtisse jaune). Le mélange des styles est notable, on reconnaitra aisément sans être un féru d’architecture les styles néo-gothique et manuélins typiquement portugais et le style néo-mauresque typiquement oriental. Ce mélange du nord africain au gothique médiéval reste néanmoins harmonieux.

Une restauration comme les autres

Après ou pendant la visite tu pourras te restaurer sur une des grandes terrasses du château. Il n’y a pas beaucoup de choix pour se rassasier et ce qu’on propose est vraiment du bas de gamme. En plus, c’est cher. Bah, justement en parlant de cher… la facture a failli être très salée.

Anecdote N°1 – On s’en sort bien

Gros coup de chaud

Au moment de payer nous nous sommes aperçus que Jo avait perdu son portefeuille, avec toutes les cartes bleues et le liquide… gros coup de flip, on vide le sac à dos plusieurs fois, rien à faire, c’était bel et bien perdu. Après avoir demandé aux serveuses, au service à l’entrée, au guichet du parc on nous apprend que le porte feuille a été retrouvé, et qu’il faut venir le chercher. Quand tu verras le monde que draine ce château on se demande encore comment il a pu être retrouvé. Tout est bien qui finit bien…. pour l’instant car pour la deuxième anecdote on augmente de deux ou trois crans au dessus.

Amène ton pique nique et ta bouteille d’eau… ce sera mieux.

Juste à côté

Castelos dos Mouros

Situé à 3 Km du château de la Penà, le château des Maures a été édifié au IX éme siècle par les Maures. Il fût ensuite délaissé après la conquête du Portugal. Le Roi Ferdinand II, encore lui, a décida de sa restauration au XIX éme siècle. C’est une vraie visite de château fort comme les enfants les aiment avec de robustes remparts fortifiés et créneaux en pierre. On se croirait aux temps des templiers, avec les chevaliers nous poursuivant pour nous jeter dans les douves. Pour les plus contemplatifs, le point de vues est magnifique Il permet aussi d’avoir des vues magnifiques sur Sintra et tout ses alentours. 

Anecdote N° 2 – Là, ça craint…

Comme d’hab

Ce château est tellement bien restauré que nous voulions faire des images vues du ciel avec le drone. Je me suis installé sur un promontoire du château. En arrivant sur l’endroit choisi, un autre télépilote faisait voler son drone depuis déjà un bon ¼ d’heure, ce qui avait du attiré quelques regards. J’attends bien sagement qu’il finisse ses rotations pour ensuite faire décoller mon drone. Au bout de quelques minutes de vol, estimant avoir assez d’images, je repose le drone.

Manu militari

Pendant que je replie le drone, un homme de la sécurité essoufflé et transpirant abondament m’interpelle et me dit « c’est interdit, vous n’avez pas le droit, il faut des autorisations etc etc » …la rengaine habituelle. Je lui montre ma carte de photographe, les papiers concernant le drone.  Il me dit qu’il doit appeler la police judiciaire et qu’il vont devoir saisir le drone, prendre aussi les images et qu’une amende de 3000 € devra être payée sur le champ. Nous redescendons en bas avec Jo, et Tao, et nous dit avec fermeté « rester là, la police judiciaire arrive »… On en mène pas large.

Plan de sortie

Il est bien évident que pour nous, il est impossible d’attendre l’arrivée de la police judiciaire, tout en sachant que nous ne pourrions pas nous expliquer et que de toute façon le verdict était déjà indiscutable. Nous regardons autour si des sorties annexes sont accessibles. Pas moyen, il n’y en a qu’une, nous sommes fait comme des rats. En attendant que la police arrive nous mettons un stratagème en place pour éviter une telle sanction. Nous briefons Tao (10 ans). Passer à trois : pas possible il fallait nous séparer pour être moins repérables. Je passerais en premier avec le matériel, Tao et sa mère passeraient ensemble. Le but était de se servir de personnes qui sortaient aussi.

Coup de Maître

Plus de temps à perdre, nous n’avons qu’une seule tentative. Serrant les fesses, je me lance et me faufile tête basse dans un groupe de deux personnes qui sortaient, je passe devant l’un des gardes, je m’éloigne en étant sûr que je me ferais repérer… je marche encore et la grille de la sortie est déjà loin. Je me dis « c’est pas fini, il faut que Jo et Tao est la même chance ». J’attends, je ne vois personne, j’appelle avec le téléphone, pas de réponse. Bon, je ne peux pas les laisser, je retourne sur mes pas. Je me dis “c’est trop con”. Je rappelle « Oui c’est bon, on est sorti». « Super !!! Allez on trace on se retrouve au bus ».  

Escape Game

Montée d’adrénaline de dingue, cachés au fond du bus à chaque passage de voiture de police, étant certains que c’était pour nous. Nous avons fait le retour chacun de notre côté et nous nous retrouvons à Lisbonne. Nous expliquons à notre fils que nous venons de faire une escape game de dingo

Lisboa card

Conseil

Nous voulions aussi te donner un petit conseil qui peut-être intéressant. En te procurant cette carte, tu auras la possibilité d’avoir des réductions importantes, voir même la gratuité de transports en commun, musées et autres activités. En vente à l’aéroport, dans diverses échoppes de Lisbonne ou bien directement sur le site.

A toi de faire tes comptes en sachant que :

  • Ticket de Métro : 1,45 euros
  • Pass Métro / Tram / Bus – 24 heures : 6,15 euros €
  • Pass Métro / Tram / Bus / Train – 24 heures : 10,15

Dans la vie, il faut prendre son pied sans se prendre la tête.

Notre Favicon de TooT o Boo pour la page de Jo

Hey !!! Viens voir la vidéo, tu verras on t’a pas menti…

L’Alentejo

L’Alentejo

Vers Beja et Evora.

L’Algarve est derrière nous

Après avoir traversé tout le sud du Portugal de Tavira à Sagres sans encombre, nous remontons tranquillement vers le nord en empruntant la région de l’Alentejo. Le plus vaste du Portugal c’est le territoire idéal pour ceux qui veulent passer des vacances au calme loin du tourisme de masse. Nous passons par Odémira pour faire quelques emplettes, nous prenons la direction de Sines, principale ville portuaire du Portugal. Nous n’y avons pas trouvé un grand intérêt à part que c’est la ville de naissance de Vasco de Gama. Objectif : Beja et Evora pour de nouvelles découvertes.

Odémira

Commune étonnante Odémira, puisque c’est la municipalité portugaise ayant la plus grande superficie. Ensuite elle reçoit une communauté importante de hippies allemand et hollandais. Et cerise sur le Mac Do en plus elle consacre une partie de son budget pour financer des projets proposés par les habitants. Ensuite, ils seront validés ou pas, par le conseil municipal. En tous cas nous nous sommes arrêtés rien que pour cette sculpture que l’on a trouvé magnifique.

Plein Est

Notre but est d’aller plein Est vers Beja, mais la nuit approche… il faut nous trouver un endroit où se poser. Dans cette grande région rurale aucune difficulté pour trouver un endroit tranquille. Toujours en présence de notre fourgon, nous prenons un petit chemin à travers la campagne. Nous atterrissons dans un endroit désert, majestueux, entouré de nids de cigognes. Nous nous endormons au son des claquements de becs …

Séquence émotion

 Au petit matin, petit déj en compagnie de nos copines les cigognes qui nous offre un spectacle grandiose. Ces instants magiques qui peuvent paraître futile ou inutile pour certains, sont pour nous un ravissement. Bon, c’est vrai, il ne nous en faut pas beaucoup pour rester pantois devant la nature, mais ce sont ces moments quelconques que nous apprécions.  

L’univers aime les oiseaux et inventa les arbres, l’homme aime les oiseaux et inventa les cages.

 


Beja

A voir et à faire

  • Le château de Beja
  • Le couvent de Notre Dame de la Conception
  • Santo Amoro
  • Se perdre dans les rues à la nuit tombée

Beja la chaude

Après plusieurs kilomètres, nous atteignons notre but et faisons une halte dans cette jolie petite ville typique où l’on retrouve bien l’atmosphère du Portugal. Située à l’intérieur du pays, très tôt le matin la chaleur nous assaille, nous saurons par la suite que cette région est la plus chaude du Portugal. L’été les 40 ° sont allégrement dépassés. Les ruelles principales toutes pavées sont équipées de grandes voiles pour protéger du soleil. L’air sec et brulant qui y règne est une aubaine pour les cafetiers et autre marchands de glaces.   

Dans les rues

Il est bon de déambuler dans les rues de Beja, même si on y fait vite le tour. Tu pourras faire la visite de quelques monuments comme le château de Beja et sa cathédrale, le couvent notre dame de la Conception et Santo Amaro. Petite cité bien agréable où sa population fût décimée après avoir été envahie par les Wisigoths puis par les armées Omeyades plusieurs fois. Ajoute à cela de nombreuses rébellions, tu comprendras vite qu’il ne resta plus personne. Et c’est bien après qu’elle retrouva son statut de cité et que nous avons trouvé quelques personnes pour nous accueillir.

Evora

Situé dans l’Alentejo central et classée au patrimoine mondial de l’humanité, Evora est aussi appelée «la ville musée» en raison de sa richesse historique. Une ville à taille humaine que tu peux visiter à pied pour te perdre dans les rues bordées de maisons aux façades blanchies par le soleil.

A voir et à faire

  • Le temple Romain
  • Se perdre dans les ruelles
  • Igreja de Sao Francisco et La capella dos ossos
  • Siroter un verre sur la Praça do Giraldo
  • Cathédrale Sé de Evora

Un peu de fraîcheur

A peine arrivés, nous nous empressons de trouver à l’entrée de la ville un emplacement dans un camping avec piscine tellement la chaleur y est insoutenable. Après un bain prolongé pour y faire redescendre la température corporelle, nous profitons de la nuit tombée et des quelques degrés de moins que nous procure la fraicheur de la soirée pour saisir l’ambiance du centre ville d’Evora. Jeune par sa population la ville foisonne de bars étudiants, les habitants flânent, dégustent une glace ou profitent de manger en terrasse. L’ambiance est festive et chaque coin de rue apporte son lot de spectacle en tout genre en passant du concert de rock, aux complaintes du fado.

Evora en plein jour

Le temple de Diane

Impossible de louper le temple romain ou le temple de diane situé dans le centre historique d’Evora. Classé au patrimoine historique de l’Unesco, c’est le monument typique de la ville qui symbolise la présence des romains au Portugal.

Praça do Giraldo

Toujours très animés la place Do Giraldo est le centre même de la ville. De nombreuses boutiques en tout genre, bistrots et restos sous les arcades te permettront de rester à l’ombre. Si on peut te donner un petit conseil les restaurants sont plus typiques dans les ruelles adjacentes.

Sé de Evora

 C’est la Cathédrale Basilique Notre Dame-de-l’Assomption d’Evora, ou encore pour les aficionados : Basilica Sé Catedral de Nossa Senhora da Assunçao. C’est pour cela que tout le monde dit Sé d’Evora. Car si tu demandes où elle se trouve en donnant le nom complet, soit tu auras grillé au soleil, soit ton interlocuteur sera déjà parti avant même d’avoir fini la fin de la phrase. En tous cas c’est la cathédrale la plus monumentale du Portugal. Donc si tu es un féru d’histoire, de monuments tu auras tout le plaisir d’apprécier aussi bien l’intérieur que l’extérieur.

Capella Dos Ossos

  Capella Dos Ossos ou la Chapelle des os est le monument le plus connu et le plus visité d’Evora. Elle aussi, inscrite sur la liste du patrimoine mondiale de L’Unesco, ce Lieu macabre, étrange et insolite est la visite qu’il ne faut pas louper. Il renferme les ossements (crâne, tibias) de plus de 5000 personnes, provenant des cimetières de la ville. L’inscription sur le fronton à l’entrée de la crypte «NOS OSSOS QUE AQUI ESTAMOS PELOS VOSSOS ESPERAMOS» est des plus audacieuse. Elle nous permet de remettre en perspective le caractère transitoire et éphémère de la vie. En traduction à cette épitaphe «Nos os ici présent, attendons que les vôtres nous rejoignent», nous permet d’avoir un certain recul et une certaine humilité, le jour au nous transiterons vers l’au delà.

Pour l’instant, nous somme encore vivant

 Après cette visite morbide, nous partons nous rassasier dans un restaurant typique déguster un porc au Palourdes, et une morue-patate. On avance, on reprend la route pour continuer notre Road Trip Portugais.

La vie ne nous enseigne peut être pas grand chose, mais elle nous apprend ceci : on ne peut pas faire marche arrière. 

Notre Favicon de TooT o Boo pour la page de Jo

Hey !!! Viens voir la vidéo, tu verras on t’a pas menti…

L’Algarve

L’Algarve

Le Portugal du Sud

Road Trip en Van

Nous avons décidé cette fois-ci de faire un road trip en fourgon aménagé dans l’Algarve au Portugal. Le van est une première pour nous. Départ de Nice, on décolle à 6:00. Habituellement, deux heures de vol sont nécessaires, mais nous arrivons à Faro à 7:30 nous avons 30 minutes d’avance. Nous constatons qu’il y a une heure de moins au Portugal. Notre loueur de van Indie Campers doit venir nous chercher à 10:00. Le lieu de rendez vous est l’aéroport de Faro. Nous devions donc attendre 2 heures. Mais, en fin de compte nous attendrons plus de trois heures car la ponctualité du loueur de van, elle, n’était pas au rendez-vous. Après plusieurs appels, enfin il arrive et nous ramène au dépôt sur le lieu de la prise en charge du van.

Notre fourgon aménagé

Nous avions déjà eu l’occasion de voir des fourgons aménagés. Chaque espace est optimisé au mieux. Leur intérieur, leur rangement et leur praticité où tout est calculé au millimètre nous avait subjugué. Là, ce fût tout autre. Nous découvrons notre van que nous trouvons un peu vieillot, en guise d’un mini frigo comme il est notifié dans le descriptif, ce n’est qu’une glacière électrique que tu ne peux faire fonctionner que dans un camping, sinon tu mets tes batteries de ton van à plat au bout de quelques heures. En guise de plaque chauffantes pour des repas minimes, ce n’est qu’un réchaud à gaz qui se trouve dans une petite valisette avec une mini bouteille de gaz que tu dois aller chercher au fond du van puisqu’une fois que tu as rangé tes affaires personnelles… tu n’as plus de place.

On fera sans…

Bon, toujours optimiste nous faisons la prise en main du fourgon. Après quelques explications succinctes, la signature du contrat et quelques autres surprises, d’ordre technique, comme par exemple : pas de Wifi. Pour nous blogueur, c’est un handicap certain. Surtout que nous l’avions expressément demandé à la réservation 2 mois auparavant. Et encore d’autre petite surprise que nous allons constater à l’usage et que nous n’oublierons pas de t’aviser dans cet article.

C’est parti…

Enfin, nous partons vivre notre Road trip de Faro à Sagres en passant par Tavira, Olhao Portimão, Lagos et autres noms enchanteurs. Nous sommes dans l’Algarve dans le sud du Portugal. Nous partons pour une première étape à Tavira faire quelques courses. Ensuite après cette journée éprouvante nous allons faire un tour à Santa Luzia découvrir un lieu peu commun.

Praia Do Barril

A la sortie du village de Santa Luzia tu trouveras facilement la direction de la plage de Praia Do Barril. Soit à pied où par un petit train très pittoresque, tu entres dans le parc naturel de la Ria Formosa. Après quelques minutes tu trouveras cette longue plage de sable blanc jonchée d’ancres marines alignées de façon régulière.

C’était avant

C’était pendant la période prospère de la pêche aux thons ou les thoniers naviguaient en grand nombre dans les eaux tumultueuses de l’Atlantique. En mémoire aux pêcheurs de thon qui ont perdu la vie, ou trouvé la mort… c’est comme on veut, ces ancres ont été déposées pour leur rendre hommage. Ce « Cemi­té­rio das Ânco­ras » est là pour nous rappeler que des thoniers ont péri corps et biens. Depuis ils ont pris le large et les thons eux ne sont plus là. Pas une arête, pas une stèle pour honorer leur mémoires. Les anciennes conserveries bigarrées trônent au milieu des restaurants de plage… ainsi va la vie. C’est un endroit à voir et nous décidons d’y rester. Nous plantons le camion en face de la lagune pour une première nuit de repos bien méritée.

Parque Natural Da Ria Formosa

La Ria Formosa est un ensemble d’îlots entre la terre de l’Algarve et le continent. Ce site naturel protégé se visite aussi bien à pied qu’en bateau. Nous partons pour Olhao où nous avions réservé avant le départ une petite excursion avec Rui Santos, ancien pêcheur, fils et petit fils de pêcheur. Il propose une ballade en bateau dans la lagune – Rota das Ilhas, Rui et Marta santos. Av. 5 de Outubro, cais de embarque (Quai pour les iles) à Olhão – rotadasilhas.tour@gmail.com

Des découvertes comme on les aime

Quand tu arrives sur son bateau, chaque passager à son gilet de sauvetage, sa paire de jumelles et son petit lexique des différents oiseaux que l’on peut voir dans la lagune. Rui est un pro ça se voit. Son discours est véritablement porté sur l’environnement et la préservation de la nature, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Il souhaite nous faire connaître son milieu qu’il a l’air de grandement apprécier et même de défendre. Il nous fait découvrir la lagune avec ses pêcheurs de coques en nous racontant comment les parcelles leur sont attribuées. Dès qu’un oiseau se pose dans cet espace de nature grandiose, sans jumelles il peut te donner son nom. L’aigrette garzette, la spatule, le héron cendré n’ont plus de secret pour lui. On se demande même s’il ne connaît pas le prénom de chacun des ces oiseaux tellement il connaît l’endroit.

On ne peut pas tout dire

Rui, te donnera tout son savoir et même plus. Il t’apprendra comment ouvrir des coques sans couteau, il te fera découvrir des choses que nous lui avons promis de ne pas dévoiler ici… J’aurais tellement aimé t’en parler. La raison est simple, mais tellement importante et sage. Rui a peur et on le comprend que des touristes peu scrupuleux viennent saccager et piller les trésors que la nature nous apporte. Donc, nous lui avons fait cette promesse de ne rien divulguer sur ce qu’il te montrera. Dommage, mais par respect pour lui et pour cette nature que nous chérissons tant, nous nous devons de tenir notre parole.

De nos jours les promesses sont inscrites dans le sable… Les nôtres, le sont dans le marbre.

Ilha da Culatra : L’île de son enfance

L’ile de Culatra…. 6 Km de long, 900 mètres de large. Pas de routes, pas de véhicules, juste des chemins qui s’entrecroisent. Une petite merveille que Rui te fera découvrir en arpentant les allées fleuries. Sa maman, femme de pêcheur te fera gouter les mets locaux, le gratin de morue au poireaux, le riz au couteau et le poisson grillé seront les plats proposés. On n’oublie pas les desserts (le puddim et la bave de chameau) puis la liqueur de figues pour finir le repas. Pour bien digérer, il t’emmènera voir comment les pêcheurs confectionnent et mettent en place les milliers d’hameçons en accrochant les crevettes comme appâts pour pêcher les anguilles. Il te montrera le secret des nœuds spécifiques (n’utiliser nulle part ailleurs) à l’île de Culatra pour accrocher ces hameçons.

Ilha de Baretta ou Ilha Deserta

Rui nous emmène sur l’ile de Barreta où ilha Déserta où tiens toi bien il n’y a plus qu’un seul habitant, (Mon rêve). Avant, il y avait 46 maisons toutes construites sans permis. Après quelques années de procédure, elles ont donc toutes été détruites par le gouvernement. Seul un pêcheur avec sa cabane faite de planche est restée. C’est l’endroit le plus au sud du Portugal. Il n’y a qu’un restaurant écologique qui casse un peu le paysage et une très longue plage avec une eau turquoise qui produit son petit effet.

Ilha do Farol

Ensuite direction l’île de Farol. Une autre petite ile encore préservée par le tourisme. A mon avis il faut se dépêcher si tu veux encore voir cette ile sans qu’elle soit dénaturée par les promoteurs avides. Nous rentrons au port de Olhao, des coups de soleil sur la peau, des images plein la tête et l’esprit libre de voir que l’on peut vivre simplement.

Une autre découverte

Nous posons le camion dans un camping aux abords de Olhäo pour passer la nuit. Cela nous permet de recharger les batteries du drone et autres appareils électroniques, ainsi que les nôtres. Une nouvelle découverte d’ordre technique est que Indie campers (encore eux) ne nous ont pas fourni de tuyaux pour réalimenter le fourgon en eau, heureusement des campings caristes anglais nous ont prêté leur jerrycan pour faire le plein. Un oubli sans grande conséquence, mais ça ne fait pas très pro.

Parque Natural Da Ria Formosa

         Après une nuit paisible, nous partons le matin pour la réserve protéger de la Quinta de marim (Parque Natural da Ria Formosa). La Ria Formosa est un ensemble de lagunes et d’îles du sud du Portugal que tu peux parcourir à pied. Zone côtière protégée, elle est l’un des derniers passages d’Europe en direction du sud pour les oiseaux migrateurs. Suivant la saison, ce sont plus de trente mille oiseaux qui nidifient où font une halte pour l’Afrique.

Attention fragile

Il y a aussi le seul caméléon d’Europe. Difficilement repérable et après d’intenses recherches, nous avons pu l’apercevoir. Dans ce parc naturel, tu peux y voir le dernier moulin à marée qui fonctionnait hydrauliquement avec les marées montantes et descendantes. Arrête toi un instant et pose ton regard sur la lagune à marée basse et observe le combat de ces milliers de crabes « judoka » avec leurs pinces surdimensionnées qui sert à défendre leur territoire et à attirér les femelles. Il y a les salins, une aire de pique nique, des chemins qui traversent la pinède, bref, une belle ballade pour petits et grands, pour apprendre, comprendre et prendre conscience que tout cela est bien fragile. Cette ballade est à faire de préférence tôt le matin, car à cette époque en Mai, le soleil devient écrasant.

Olhão

Nous passons par le petit port de pêche de Olhão, pour aller admirer les fresques imposantes en noir et blanc peintes sur les façades du centre ville. Elles retracent l’histoire de ces pêcheurs portugais. Elles représentent avec beaucoup de détails la manière dont ils travaillaient dans des temps plus anciens. Tu y trouveras aussi sur les quais tous les départs pour les excursions pour le parc naturel de Ria Formosa.

En ballade

La ballade dans le centre d’Olhao est à faire surtout le samedi jour de marché, où il y règne une ambiance envoutante. Les étals sont bien garnis et reflètent bien l’atmosphère du petit port de pêche portugais.

Des plages à n’en plus finir…

Sur notre route longeant les falaises de l’Algarve nous découvrons Praia dos très Castelos (Plage des trois châteaux), magnifique, je te conseille de l’admirer quand tu es au dessus de la falaise tu auras une hauteur de vue qui te permettra de contempler l’ensemble de la côte avec ses pics rocheux sortant de l’eau. Toujours en longeant la côte, tu trouveras Praia da rocha une des plus belles plages du Portugal.

Portimão

Nous continuons notre vagabondage vers Portimao, port de pêche un peu plus important avec ses conserveries de thon et ses constructions navales. En soirée, petite virée sur les quais pour déguster du poisson frais au restaurant Dona Barqua (caché dans une ruelle). Tout au bout de ces quais se trouve une petite placette peu illuminée. Une arcade encore un peu plus sombre t’invite à faire demi tour. Pas du tout, engouffre-toi dans cette alcôve et tu découvriras des restaurants avec leur étals pleins à craquer de poissons multiples (murènes, poulpes, sardines, dorades, bar, etc) qui n’attendent que toi pour se faire griller. Après ce bon repas, nous trouvons une place pour garer le fourgon à Praia dos Três Irmãos en bord de mer…

Une rando matinale que nous n’oublierons pas

Après une bonne nuit réparatrice, nous grimpons par un chemin escarpé, pour nous retrouver sur un magnifique promontoire où la vue est imprenable. Injuriés par nos amis les goélands à notre arrivé sur ce piton rocheux, nous voyons que nous ne sommes pas les bienvenus. Après un petit temps de chahut et voyant que nous ne leur voulons aucun mal, un calme relatif apparaît et nous permet de voir au plus prêt les nids couvés par ces oiseaux majestueux.

Seuls au monde

Nous redescendons et continuons notre ballade que nous ne sommes pas prêt d’oublier. Il est tôt le matin, le soleil est encore bas sur l’horizon. Nous sommes les premiers sur place et pour cause nous avons dormi aux premières loges (un des avantages du fourgon aménagé). Le long du rivage, des plages immenses s’enchainent entrecoupées de falaises, seuls des cavités, canyons et grottes permettent le passage de plages en plages. C’est seuls au monde que nous retrouvons notre âme de découvreur, un réveil comme on en rêve…

Les sept vallées suspendues

Puis direction Praia do Vale de Centeanes où se trouve le sentier des Sept vallées suspendues Une randonnée incontournable pour admirer les plus belles plages de l’Algarve. De Cavoiero jusqu’à Praia do Marinha des plages et des criques paradisiaques s’enchainent. Après cette randonnée sous un soleil de plomb, nous méritions bien un endroit idyllique pour nous poser. Lors de la randonnée nous avons pris soin de prendre les coordonnées GPS où nous avons pu deviner quelques chemins de terre pour passer avec notre van. Nous l’avons trouvé à Praia de Carvalho (Point GPS) : 37°05’12.80 N – 8° 25’47.69 W un endroit magique à flanc de falaises.

Clic sur l’image pour agrandir le plan

Conseils

Tu peux visiter toutes les grottes de la vallée suspendues et ses plages de plusieurs façons :

  • Soit tu le fais en marchant sur le sentier en haut de la falaise. (6 Km Aller)
  • Plus tranquille, avec les compagnies de bateaux, (il y en a plus qu’il n’en faut) qui t’amèneront même dans les grottes.
  • En paddle (location)
  • Avec un canoë (location)
  • Ou alors tu peux en faire quelques une à la nage, (pas de location de maillot de bain sur place) mais avec tout ce beau monde qui se croise et s’entrecroise je te souhaite bien du courage.
  • Pense au retour. Tu peux faire le chemin inverse à pieds ou prendre le taxi vers ton point de départ.
  • Tu peux aussi, si tu es sur place, le faire en deux fois.
  • Pars tôt le matin, ou en fin d’après midi suivant la saison.

Attention

Endroit hyper touristique avec de nombreux touristes de tout horizon. Nous sommes en mai et déjà beaucoup d’affluence. Je n’ose même pas penser à ce que cela doit être en Juillet et en Août. A mon avis, il est difficile de passer à côté de ces beautés naturelles. Difficile de faire autrement à part peut être de nuit, où là il n’y aura personne, mais tu ne verras rien. Donc si tu ne veux pas louper ça, avec moins de monde fais le l’hiver.

Retour à notre point GPS

Après cette journée de marche sous un soleil de plomb, nous sommes pressés de retrouver notre point GPS pour finir la soirée en pente douce. Au programme, apéro et barbecue de poissons frais, agrémenté du thym sauvage trouver sur place. En un mot… le bonheur à l’état pur.

Ferragudo

Nous repartons avec notre van pour continuer notre road trip sur Ferragudo, petit village de pêcheurs situé à l’embouchure du fleuve Arade, sur la commune de Lagoa. Bien connu depuis l’antiquité par les phéniciens, les carthaginois et les romains, sa visite te plonge dans les vieux villages d’antan, les ruelles pavées et étroites, son petit port de pêche, ses restaurants sont autant d’atout pour y passer la journée… même plus. Ferragudo mérite vraiment le détour.

Ponta Da Piedade

Ponta Da Pietade (La pointe de la pitié) sont des formations rocheuses calcaires ocre-orangées. Avec ses falaises atteignant largement les 45 mètres de haut, ses formes caractéristiques plongeant dans les eaux cristallines de l’Atlantique, elles représentent un monument naturel très touristique. Tu peux y accéder de deux façons : en passant par le phare de Ponta Da Pietade en empruntant les escaliers dans la roche, ou bien par la mer. Tu trouveras les départs des bateaux de pêcheur à Lagos.

Tout au bout de l’Algarve

Nous arrivons à Sagres, tout au bout de l’Algarve, le point le plus au sud-Ouest de l’Europe continentale. Le panorama a changé de tout ce que nous avons pu voir jusqu’à maintenant. Le gris anthracite des falaises a pris le dessus sur le rouge-orangé que nous avons maintenant l’habitude de voir. Le paysage devient plus austère, le vent souffle sans discontinuer. Tout au bout une forteresse qui accueillait jadis l’école navale. C’est le monument qui symbolise la préparation de toutes les explorations portugaise du XVéme siècle. Paradoxalement, aucune des explorations célèbres de la découverte du nouveau monde ne partira de ce lieu mythique.

Combien de fois abandonnons-nous notre chemin, attirés par l’éclat trompeur du chemin d’à côté ?

Notre Favicon de TooT o Boo pour la page de Jo

Hey !!! Viens voir la vidéo, tu verras on t’a pas menti…

dolor porta. ut Aliquam Curabitur mattis neque.